L’International : une expérience de Vie

Voyage

(Photo : Pixabay)

Il y a 7 ans, je n’aurai jamais imaginé avoir vécu un quart de mes expériences.

Tout a commencé, alors que je faisais un stage dans le cadre de mes études et que je ressentais une ambiance maussade autour de moi. Ce stage se déroulait en France, et je ne pouvais pas me résoudre à l’idée de travailler dans une telle ambiance pendant les années à venir. Je ne pouvais pas imaginer que tous les salariés de chaque entreprise soient malheureux, et ce dans le monde entier.

C’est à ce moment là que j’ai choisi d’aller « voir ailleurs » et de réaliser mon stage à l’étranger.
Six mois plus tard, je posais mes valises dans une résidence étudiante de Berlin et j’allais découvrir ce que vivre une expérience à l’international voulait dire.
Et au fil du temps, y devenir accro !

Depuis, j’ai passé 2 autres mois en Allemagne, 5 ans au Canada francophone et anglophone et 6 mois au Sénégal. Toujours avec un projet professionnel et donc avec la volonté d’y vivre et non de visiter le pays en tant que « touriste ». Dans chaque ville, chaque pays où je pose mes valises, je souhaite m’imprégner de la culture, de l’ambiance et comprendre le lieu ( et ses résidents) dans lequel j’évolue.

Sortir de sa zone de confort

Se lancer dans une expérience à l’international, ce n’est pas juste une ligne sur le CV.
C’est une véritable expérience de vie.

Et voilà pourquoi :

  • On développe une capacité de rebondir et d’adaptation. Et ce, toutes les sphères de notre vie. Les choses qui devenaient impossibles ou démesurés auparavant deviennent (presque) des broutilles.
  • On relativise et on révise nos valeurs. Ceci est plus évident lorsque l’on vient d’un pays « riche et de consommation » et que l’on s’imprègne de la culture d’un pays « émergent ». Mais même résider en Amérique du Nord , nous rappelle les avantages des acquis sociaux développés en France.
  • On apprend à se connaître. Sans repères auxquels se rattacher et livrés à nous mêmes, on puise dans des ressources intérieures que l’on ne soupçonnait pas et qui nous font avancer. Bonus : on pourra même les réutiliser plus tard !
  • On vit le choc culturel. Cette expression prend tout son sens et peut se loger dans des choses infines, comme boire un café avec ses collègues ou l’utilisation d’un mot à la place d’un autre.
  • Ces chocs culturels permettent aussi de remettre en question ou de découvrir des valeurs qui nous sont propres et celles sur lesquelles nous ne pouvons transiger. Je me suis par exemple aperçu de certaines de mes valeurs, concernant les relations Hommes-Femmes.
  • On oublie ses préjugés. Vivre dans un autre pays que le sien bouscoule nos préjugés et nous confronte aussi à ceux que les autres ont sur nous ! Et…à en rire!
  • On apprend à se suffire à nous mêmes. Lors d’une telle expérience, on apprend quelquefois à apprivoiser  la Solitude.  Et à développer quelques trucs, notamment contre le « mal du pays ».
  • On découvre une nouvelle communauté. Celle des voyageurs, des nouveaux « citoyens du monde ». Et on rencontre un tas de personnes intéressantes que l’on n’aurait probablement pas rencontré en restant chez soi.
  • Finalement, on ressort de cette expérience grandi et enrichi.

 

Je termine avec ma sélection hebdomadaire de sites internet , qui ont notamment contribué à  alimenter la réflexion de ce billet

Choc culturel et Adaptation : la courbe en U de l’anthropologue Kalervo Oberg

– Le documentaire Le Bonheur au Travail, diffusé sur Arte et qui fait beaucoup jaser

– Un blog pour avancer et trouver sa passion

Et vous, qu’avez-vous retenu de votre expérience à l’étranger ? Ou encore quels sont les éléments qui vous freinent à partir ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *